Il est intéressant d’effectuer une brève recherche sur base de ses propres nom et prénom sur internet.

Des éléments dont nous avions connaissance, mais que nous avions totalement oubliés apparaissent (par exemple un numéro de téléphone sur le profil de forum aujourd’hui délaissé).

D’autres nous sont totalement étrangers.

De même, avec l’écoulement du temps, certaines données peuvent être erronées ou peu souhaitables. L’on peut penser à l’étudiant insouciant, laissant un peu partout des renseignements sur ses loisirs. Ces traces seront probablement inopportunes lorsqu’il entrera dans la vie active.

Car là est le problème. Si nous pensons peu à rechercher ce qui est écrit à notre propos, entrer le nom d’un postulant ou d’un partenaire potentiel dans un moteur de recherche est presque devenu un réflexe.

Que faire si le résultat de « votre » recherche vous déplaît ? Deux voies d’action sont possibles lorsque les “traces numériques” que vous avez laissées vous indisposent : d’une part, agir à la source des informations, sur le site qui les publie, d’autre part agir au niveau des moteurs de recherche, qui rendent le site visible parmi la masse des sites existants.

Vis-à-vis du site sur lequel ces informations sont publiées :

Vous pouvez demander le retrait de l’information. Vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, en vertu de la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée concernant le traitement de données à caractère personnel.

Si le site litigieux refuse votre demande ou s’abstient d’y répondre, une action est ouverte devant le Président du Tribunal de première instance.

Toutefois, des complications au niveau de l’exécution de la décision peuvent survenir lorsque le site est basé en dehors de l’Union européenne.

Vis-à-vis du moteur de recherche :

Il est possible de demander au moteur de recherche de supprimer un lien apparaissant sur base d’une requête déterminée, soit en raison du contenu du lien, soit parce que la page auquel il renvoie a disparu. Le moteur de recherche garde en effet en mémoire-cache les pages au-delà de leur « vie » réelle.

L’information n’est pas supprimée par le moteur de recherche, mais, en l’absence de lien, son accès devient malaisé.

Une difficulté supplémentaire réside dans la nature même des informations gênantes. La protection de la vie privée n’est pas destinée à empêcher l’expression de commentaires négatifs à votre sujet ou au sujet de votre entreprise. On se trouve là sur un autre terrain, celui de la calomnie et de la diffamation. Le moteur de recherche peut alors estimer que le contenu du site ne relève pas de sa responsabilité.

En tout état de cause, ces démarches seront facilitées et accélérées avec l’assistance d’un conseil.

Enfin, les recruteurs doivent également se montrer prudents. En effet, s’ils rassemblent les résultats de leurs recherches sur internet sous la forme de fichiers organisés permettant un accès systématique aux informations, ils tombent dans le champ d’application de la loi précitée sur la protection de la vie privée, ce qui les soumet à une série de contraintes légales et notamment à une déclaration auprès de la Commission pour la protection de la vie privée.