La tenue de propos diffamatoires sur les blogs peut coûter cher s’agissant d’un délit pénal. Ainsi, ltribunal de Montpellier a jugé, le 7 juillet 2011, que si le client mécontent de la construction de sa maison avait le droit, au nom de la liberté d’expression, de diffuser des propos relatant les faits qu’il avait connus dans ses relations avec l’entreprise de construction, il devait toutefois faire preuve « de prudence et de modération dans son discours ».

Alain bensoussan pour Micro Hebdo, le 20 octobre 2011