Crée par Décret du 13 janvier 2009, la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS), sous l’autorité du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie devenu le ministère du Redressement Productif a notamment pour mission « la promotion du design » et « la diffusion de la culture marketing » au sein des entreprises françaises (1). Jusqu’en 2010 le Plan design création avait pour objectif de développer les quatre axes suivants :

  • « encourager l’utilisation du design dans les entreprises en développant des outils de sensibilisation adaptés » ;
  • « développer l’offre de design et de création disponible, en particulier pour les PME » ;
  • « promouvoir le design français à l’international et valoriser les productions françaises grâce au design » ;
  • « assurer l’excellente de l’enseignement supérieur du design ».
  • L’année 2011 a été marquée à nouveau par des ateliers de sensibilisation au design en direction des PME ainsi que par diverses actions avec « un appui constant à l’école Nationale supérieure de création industrielle (Ensci-Les Ateliers) ».
    Les objectifs 2012 prévoient la création d’un Centre national du design dont les missions seront « d’affirmer le rôle stratégique du design dans l’économie, d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises grâce à l’apport du design dans leur stratégie et de permettre aux métiers du design de se développer » et enfin d’assurer « l’intégration du design dans l’écosystème des pôles de compétitivité ».
    En réponse à une demande des professionnels il est également prévu de créer cette année un référentiel des métiers du design.
    Sur un plan marketing la DGCIS s’intéresse plus particulièrement aux PME afin de les sensibiliser à « des outils marketing » destinés à améliorer leur compétitivité.
    Parce que « la laideur se vend mal » (2) et qu’elles en sont conscientes les entreprises françaises sont très attachées au développement « d’une culture du design et du marketing » fondée sur l’apparence du produit ou de son conditionnement.
    Dans le sillage de cette sensibilisation, les PME françaises devront être attentives aux modes de protection adaptés au design industriel et en particulier au droit d’auteur, au droit des dessins et modèles et au droit des marques et ce afin de ne pas perdre le bénéfice de la valorisation de leurs productions industrielles ou artisanales.

    (1) Site internet de la DGCIS dédié au design : entreprise et design.
    (2) Raymond Loewy, La Laideur se vend mal, éditions Gallimard, Nouv. éd. 22 juin 1990.