Interrogé sur la surveillance des sites internet par la justice en vue de prévenir la publication avant 20 heures de sondages ou d’estimations des résultats des élections présidentielles, Mathieu Prud’homme considère que montrer l’exemple avec 10, 100 ou 2000 cas permettra de démontrer que la règle existe et que des sanctions peuvent effectivement être ordonnées par la justice française.

Mathieu Prud’homme pour RMC, le 20 avril 2012