La possibilité offerte aux utilisateurs de créer librement des noms d’utilisateur ou usernames sur les réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter, ouvre également la voie à des reprises non autorisées de marques. Cette pratique constitue un risque que les entreprises doivent intégrer dans leur politique de protection de leur patrimoine marque. Il convient dès lors de s’interroger sur les moyens dont ils disposent pour protéger leurs actifs immatériels.

Anne-Sophie Cantreau pour l’Usine nouvelle, le 14 avril 2011