Sur les marchés boursiers, la course aux profits est précédée d’une course technique et informatique, dont les enjeux financiers sont colossaux. Les logiciels de trading à haute fréquence, développés par les banques d’affaires et les hedge funds, outils décisifs dans la réalisation d’achats et de ventes ultrarapides sur les marchés boursiers, sont devenus des secrets industriels précieux. Basés sur des algorithmes complexes et utilisés sur des machines surpuissantes, ils permettent de spéculer et de réaliser des profits importants, à des vitesses record.

Dans cette course à « l’armement informatique », les programmeurs de logiciels financiers sont des cartouches fondamentales des banques d’affaires. Un programmeur de la banque Goldman Sachs a été au cœur de cette guerre informatique. En quittant cette célèbre banque d’affaires pour une société financière concurrente et en emportant avec lui des codes sources de logiciels stratégiques, ce programmeur a été poursuivi pour « vol de secret industriel » et « espionnage industriel » (1).

Condamné en première instance à une peine de 97 mois de prison pour vol de secret industriel, le programmeur a interjeté appel de cette décision. Les juges l’ont relaxé en appel des deux chefs d’accusation. Ils ont considéré qu’il ne pouvait y avoir « vol de secret industriel », le vol supposant la soustraction de la chose d’autrui tout en privant la victime de son utilisation. Or, le programmeur avait réalisé une simple copie des codes sources, ceux-ci étant toujours en la possession de Goldman Sachs. De même, la loi de 1996 sur l’espionnage industriel ne réprime que les faits portant sur des produits destinés à être commercialisés. Or, le logiciel de Goldman Sachs était un produit interne.

Les lois américaines régissant l’espionnage industriel et la violation des secrets industriels ne semblent plus adaptées aux exigences modernes et devraient être aménagées au regard de l’évolution des techniques et notamment de l’informatique.

Comment une telle affaire aurait été jugée en France ? Il n’existe aucun texte pénal qui sanctionne précisément l’appropriation de biens immatériels ou informationnels (à moins que la victime ne soit l’Etat). Toutefois, sur le fondement du vol de droit commun, les cours et tribunaux tendent à reconnaître le vol d’informations en tant que tel, indépendamment du support matériel (2). En tout état de cause, une telle copie des codes sources pourrait être réprimée sur le fondement de la contrefaçon et sur le terrain de la concurrence déloyale permettant au moins une indemnisation financière du préjudice subi.

Une proposition de loi n°3985 visant à sanctionner la violation du secret des affaires a été déposée le 22 novembre 2011, adoptée en première lecture par l’assemblée nationale et transmise au Sénat. Elle vise à définir la notion de « secret des affaires » et crée un nouveau délit d’atteinte au secret des affaires. Un des objectifs de ce texte est de pallier à une protection insuffisante des informations économiques, techniques ou encore stratégiques des entreprises françaises.

(1) PLO AN n° 826 du 23-1-2012 (Petite Loi) ; Le Monde.fr, rubrique Technologies, article du 12-4-2012
(2) Cass, crim. 19-1-1994 n° 93-80633, Cass. crim. 9-9-2003 n° 02-87098, Cass. crim. 4-3-2008 n° 07-84002